LA COULEUR D’UNE DALLE LED

Home / Blog/ LA COULEUR D’UNE DALLE LED

LES DIFFÉRENTES COULEURS DE DALLES LED

Vous avez probablement déjà remarqué que toutes les lampes ne dégagent pas la même couleur de “blanc”? Vous avez du voir des éclairages diffusant une lumière avec une teinte jaunâtre, puis d’autres avec une teinte plus pâle. Ces deux teintes, dans le jargon de l’éclairage sont appelées blanc “chaud” et blanc “neutre”. Ces teintes de blanc sont utilisées dans différents environnements, le blanc chaud est utilisé pour un éclairage intimiste, comme par exemple une chambre à coucher ou un salon, afin de rendre une ambiance chaleureuse alors que le blanc neutre sera souvent utilisé dans des lieux publics tels que des salles de réception, des restaurants, des bars, et halls d’entrée…

CE N’EST PAS FINI…

En réalité, je ne vous l’ai pas dit, mais il existe deux autres teintes de blanc qui seront encore plus blanchâtres que les précédentes : le blanc “froid” et le blanc “imitation de la lumière du jour”. Le blanc froid est celui utilisé dans les lieux de travail tels que les écoles, les bureaux, les hopîtaux. Il favorise la concentration. Plus rarement utilisé, le blanc imitant la lumière du jour permet, comme son nom l’indique, de reproduire au mieux la lumière du jour dans les intérieurs, et c’est ce que nous faisons à travers nos dalles LED pour les professionnels ou alors au niveau des plafonniers que nous faisons pour les particuliers.

La couleur d’un éclairage est souvent comparée à la couleur du soleil à un moment donné de la journée, ainsi le blanc chaud sera considéré comme une lumière de soir, le blanc neutre sera vu comme une lumière matinale, le blanc froid comme une lumière d’après midi, et le blanc “imitation de la lumière du jour” est celle du soleil quand il est à son zénith.

Je tiens à préciser que la technologie LED, à l’inverse des autres (halogène, incandescance, …) peut adopter toutes les teintes de blanc. C’est l’une des nombreuses qualités des LED. Les ampoules incandescantes ne pourront imiter qu’un blanc chaud, et les ampoules fluo ne pourront imiter qu’un blanc froid.

UNE UNITÉ DE MESURE

Pour être plus précis et scientifique, les différentes couleurs de blanc possibles sont appelées “températures de couleur”. La température de couleur peut être mesurée de manière bien plus précise que ce que nous avons cité plus haut, grâce à une unité de mesure, le Kelvin. Plus le nombre de Kelvin sera faible, plus la lumière sera chaude. Les teintes de blanc utilisées dans l’éclairage sont inclues entre 2700 K et 6500 K :

Dans le domaine de la photograhie, la température de couleur peut maintenant être régulée par logiciel.

Avant le numérique, il fallait un attirail d’outils pour remettre les couleurs à leur juste valeur :

LES APPLICATIONS

La couleur de la lumière à laquelle nous nous exposons a un impact direct sur nombre de facteurs, sans compter ceux qui nous sont encore inconnus. Par exemple, la couleur d’un éclairage aura une influence sur votre sommeil, sur votre capacité à vous concentrer, sur vos performances cognitives, vos capacités sociales, votre tendance à acheter ou pas (la lumière est savamment orchestrée dans les magazins!), à percevoir les couleurs d’un objet, … C’est pourquoi les architectes et décorateurs sont très attentifs aux éclairages qu’ils proposent dans les bâtiments.

Le nombre de Kelvins est utilisé dans pleins d’applications avec par exemple la photographie, ou l’astrophysique! Oui… En réalité, comme vous pouvez le voir sur un schéma plus haut, le moins nous avons de Kelvins, le plus le couleur sera jaunâtre, et “chaude”. Seulement, si vous exagérez encore plus, si vous diminuez le nombre de Kelvins, vous aurez une couleur qui tendra vers le rouge. A l’inverse, avec un nombre de Kelvins très élevé (le genre qui n’est jamais utilisé pour un éclairage) vous obtiendrez des couleurs qui tendront vers le bleu. Pour revenir à l’astrophysique, si vous avez une étoile lointaine d’une couleur bleue, vous saurez alors que le nombre de Kelvins est élevé, et par conséquent, vous saurez également que la température de cette panète est… élevée. A l’inverse toujours, si la planète est rougeâtre, contrairement à ce que l’on pourrait penser, sa température sera… basse. C’est pas sorcier!

LA PERCEPTION DES COULEURS

Les arcs en ciels nous montrent la poésie de notre planète mais aussi le nombre de couleurs qui sont inclues dans la lumière naturelle (celle du soleil, vous l’aurez compris). Il y a environs 16 millions de nuances de couleurs différentes… Si vous avez bien appris vos cours d’arts plastiques, vous saurez que l’union de toutes ces couleurs forme… le blanc! Le soucis, c’est que tous les éclairages n’ont pas un “spectre lumineux” permettant de voir toutes les couleurs. Avec une banale ampoule incandescante vous ne percevrez pas toutes les couleurs, ou mal, car elle sera à 3 000 K, qui diffusera un blanc jaunatre. Le plus votre éclairage se rapprochera de la lumière du jour quand le soleil est à son zénith (6 500 K), le mieux vous verrez les charmantes couleurs qui sont dans votre chambre ou votre bureau. Or, j’ai une bonne nouvelle : c’est le type d’éclairage que nous fabriquons avec nos dalles led!

L’ORIGINE

Pour être encore plus chiantifique (excusez moi, scientifique), c’est Lord Kelvin (ne cherchez pas, c’est le 19 ème siècle, vous ne pourrez pas le remercier directement), qui eut l’idée d’introduire cette unité de mesure. Le principe est simple :

Vous prenez la température la plus basse, celle de l’azote liquide : – 273 °C, et vous la définissez comme le départ, le “zéro” de l’unité de mesure.

Vous mettez un objet noir dans un super-four

Vous comparez la couleur de l’objet au reflet d’un eclairage sur un support blanc (par exemple le reflet d’une ampoule indancescance sur un mur blanc).

Et le tour est joué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *